Sur les retraites

• Question 1 : Êtes-vous favorable à un retour à l’indexation des pensions sur l’évolution du salaire moyen ?

Oui. Dans le programme de la Nouvelle Union Populaire Écologiste et Sociale (NUPÉS) le chapitre 1 comprend la mesure «Indexer le montant des retraites sur les salaires»

• Question 2 : Êtes-vous prêts à prendre des mesures pour un rattrapage du pouvoir d’achat perdu depuis 2014 et pour éviter que cette dégradation programmée se poursuive ?

Notre programme prévoit de «Porter a minima au niveau du SMIC revalorisé toutes les pensions pour une carrière complète, et le minimum vieillesse au niveau du seuil de pauvreté».

On est donc là pour un rattrapage, mais plutôt ciblé sur les plus petites retraites.

Alors que le candidat Macron de 2017 avait promis aux retraités le maintien de leur pouvoir d’achat, la CSG des retraités a été augmentée de 1,7 point le 1er janvier 2018, soit une hausse de son montant de près de 25 %.

• Question 3 : Êtes-vous favorable à l’annulation de la hausse de la CSG ? Êtes-vous pour une sécurité sociale financée uniquement par les cotisations sociales ?

Au chapitre 3 nous prévoyons de : «Rendre l’impôt sur le revenu et la contribution sociale généralisée (CSG) véritablement progressifs avec un barème à 14 tranches»

Je suis personnellement favorable à cette progressivité, y compris pour la CSG des retraités.

• Question 4 : Quelles mesures envisagez-vous pour améliorer le système de santé hospitalier et le faire fonctionner de nouveau correctement (création de lits, embauches, etc.) ?

À moyen terme la disparition des polluants environnementaux, des changements comportementaux et une meilleure prévention devraient alléger la charge pesant sur le système de santé hospitalier.

À court terme, le chapitre 4 du programme NUPÉS s’ouvre sur de multiples mesures de ré-ouverture de services et de recrutement qui redonneront au système l’efficacité qu’il n’aurait pas dû perdre.

Je souhaite ajouter que l’amélioration du système de santé hospitalier se fera d’autant mieux que les personnels et leurs syndicats auront la possibilité d’y œuvrer. Un dialogue démocratique s’impose en lieu et place de la gestion comptable à court terme actuelle.

• Question 5 : Êtes-vous favorable à la prise en charge de la perte d’autonomie à 100 % par l’assurance-maladie ? Quelles mesures préconisez-vous pour l’embauche et la formation de personnels qualifiés (Ehpad et services à domicile) en nombre suffisant ?

La première partie du chapitre 7 du programme de la NUPÉS porte la construction d’un «service public de la dépendance, pour aider les seniors à rester à domicile» et le développement d’un «réseau public de maisons de retraite aux tarifs harmonisés et accessibles».

Il prévoit aussi le recrutement de «au moins 210 000 personnels médico-sociaux et médicaux» et la revalorisation des «métiers et revenus de l’ensemble des professionnels du grand âge».

• Question 6 : Êtes-vous favorable à la remise en place de services publics de proximité répondant aux besoins de nos concitoyens et plus particulièrement de ceux des retraités ?

Oui. Il faut notamment trouver des moyens d’accompagnement en toute proximité des personnes mises en difficulté par la dématérialisation des démarches.

Alors qu’ils représentent 17,8 millions de citoyens, les retraités et personnes âgées ne disposent d’aucun interlocuteur de pleine compétence quant à leurs problèmes et difficultés puisqu’il n’y a plus de ministère dédié aux retraités et personnes âgées.

• Question 7 : Êtes-vous favorable à la création d’un tel ministère ?

Ministère ou secrétariat d’État, je ne sais pas. Il faut évidemment un interlocuteur pour les retraité·e·s et leurs syndicats.